Décarbonation des transports : Comment optimiser les offres de mobilité peut réduire la part des transports dans les émissions de gaz à effet de serre ? 

La COP27 a débuté hier en Egypte, et se tiendra jusqu’au 18 novembre. Pendant 11 jours, sont abordées les solutions pour lutter contre le dérèglement climatique. Pour CITiO, une partie de la solution se trouve dans l’optimisation des offres de transport en commun et de mobilité partagée. 

L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et la responsabilité des transports 

Au cours des 20 dernières années, des investissements massifs ont été réalisés dans les transports publics urbains. Au cours de la même période, l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et donc le réchauffement du climat ont suscité une inquiétude croissante. Plusieurs organisations nationales et internationales ont fixé des objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, comme les COP et autres instances internationales.

Dans ce contexte, le secteur des transports est responsable de 30% des émissions françaises de gaz à effet de serre, dont plus de la moitié provient des véhicules particuliers. De plus, c’est le seul secteur qui n’a pas connu de diminution des émissions, et même plus, les émissions de GES ont augmenté de 10%. 

C’est un problème majeur que nous devons prendre en compte lorsque nous travaillons sur le secteur des transports publics. Le transport public et la mobilité partagée sont des outils indispensables dans la lutte contre le changement climatique. 

Mais comment peut-on décarboner les transports ? 

L’Institut Montaigne a listé, dans son étude “Infrastructures de transport : vers le futur et le durable !, les 5 principaux leviers pour diminuer l’intensité carbone des transports :

  • la maîtrise de la demande de mobilité ; 
  • l’augmentation du taux d’occupation des véhicules et meilleure utilisation des véhicules et réseaux existants ; 
  • la diminution des émissions unitaires ; 
  • le report modal des modes structurellement émetteurs (voiture, poids lourd, avion, etc.) vers des modes moins émetteurs (train, bus, tramway, vélo, etc.) ; 
  • la baisse de l’intensité carbone des carburants.

Des transports en commun optimisés grâce à l’analyse de données permettent d’avoir un impact sur ces 5 leviers de décarbonation du secteur. 

Comment l’optimisation des offres de mobilité en zone urbaine permet de jouer sur les 5 grands leviers de la décarbonation des transports ?

Maîtriser la demande de mobilité

Le premier levier, la maîtrise de la demande de mobilité, que l’on peut apparenter à une optimisation du trafic, peut être atteint grâce à une analyse de surcharge/surcapacité, qui permet d’avoir une meilleure compréhension des usages et de supprimer des lignes inefficaces. L’idée est de trouver l’offre adéquate à la demande, en permettant aux personnes de se déplacer, le plus possible en transports en commun, tout en ne créant pas plus de trafic que nécessaire. Ces analyses de charge peuvent être réalisées grâce à une plateforme qui recueille, agrège, nettoie et croise les données provenant de plusieurs systèmes (billettique et/ou comptage, etc.). Attention cependant à ne pas supprimer certaines lignes, certes moins utilisées, mais dont la suppression pourrait engendrer un report modal des transports publics vers la voiture, et qui serait donc complètement contre-productif !

Analyse du taux de charge par ligne dans CITiO Analytics

Optimiser le taux d’occupation

Le second levier, l’optimisation du taux d’occupation, est un objectif qu’il est également possible d’atteindre avec des outils permettant d’analyser les données de transports. En effet, supprimer les courses peu efficaces permet d’optimiser le taux d’occupation des autres courses. Nos indicateurs d’occupation donnent un aperçu de l’adéquation entre l’offre de transport et la demande de mobilité. Attention toutefois à prendre en compte le confort voyageur. Tout comme il faut éviter d’avoir des courses en surcapacité, il faut éviter d’avoir des courses en surcharge.

Analyse des surcharges et surcapacités course dans CITiO Analytics

Faire diminuer les émissions unitaires

Le troisième levier, la diminution des émissions unitaires, peut être atteint grâce au suivi de notre nouvel indicateur, l’empreinte carbone, qui permet d’estimer la consommation énergétique et l’efficacité du fonctionnement d’un réseau. Cet indicateur est basé à la fois sur la production kilométrique et sur l’utilisation du réseau. 

Si on veut aller plus loin, l’outil pourrait permettre dans le futur de comparer les émissions d’un déplacement sur le réseau avec les émissions d’un déplacement effectué avec une voiture particulière. La comparaison pourrait se faire au niveau du réseau, ou sur un trajet spécifique, ou il pourrait être comparé à une ligne de bus, ou de tramway.

Par ailleurs, les éléments observés peuvent faire l’objet d’un reporting annuel ou biannuel (selon le taux de renouvellement du parc), dans une logique d’observatoire permettant de suivre la réduction progressive des émissions du parc, et ainsi de qualifier l’efficacité climatique des investissements de la collectivité, et son rôle joué dans le cadre de la loi de transition énergétique.

L’empreinte carbone dans CITiO Analytics

Favoriser le report modal de la voiture

Le quatrième levier est également l’une des principales raisons d’être de CITiO, puisqu’il s’agit du report modal de la voiture, qui est structurellement émetteur, vers des modes moins émetteurs comme le train, le bus, le tramway, ou le vélo. 

En effet, comme nous avons pour objectif d’aider les autorités organisatrices de la mobilité et les opérateurs à optimiser leurs offres de mobilité, nous les aidons à augmenter leur niveau d’attractivité, en améliorant le confort des passagers, la ponctualité, etc. Un transport public optimisé signifie moins de voitures individuelles dans les zones urbaines.

Analyse de la ponctualité voyageurs dans CITiO Analytics

Baisser l’intensité carbone des carburants

Le cinquième levier est la baisse de l’intensité carbone des carburants. Sur le domaine des transports en commun, CITiO apporte aussi sa pierre à l’édifice car utiliser les données transport permet de faciliter la transition vers des véhicules moins polluants, par exemple les bus électriques. Un de nos clients, qui avait commandé des bus électriques pour verdir une partie de sa flotte, a utilisé CITiO Analytics pour identifier les lignes les plus pertinentes où les placer. Par exemple, notre client a identifié via notre plateforme SaaS les lignes qui avaient un temps de parcours compatible avec l’autonomie des véhicules. 

Si vous êtes une collectivité ou un opérateur, vous pouvez bénéficier de nos solutions afin de contribuer à décarboner les transports et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre globales. Vous voulez en savoir plus sur nos outils ? Vous pouvez visiter le reste de notre site internet voire nous contacter pour avoir une démo personnalisée

Source (leviers & chiffres) : Infrastructures de transport : vers le futur et le durable !

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.